Bien se chauffer à l’électrique

Le chauffage électrique intègre de nombreux procédés. Par conséquent, exploiter pleinement la souplesse de l’électricité pour son chauffage nécessite une certaine connaissance des technologies disponibles et de leur efficacité. Le coût du chauffage électrique ainsi que les économies réalisables sont des aspects également abordés dans ce guide, dont l’objectif est de vous aider à vous forger une idée précise de ce mode de chauffage.

Les différentes solutions pour se chauffer à l’électrique

Les chauffages électriques se déclinent en 4 grandes catégories, chacune exploitant sa propre technologie. Le choix est essentiellement lié au niveau de confort souhaité, au lieu où il sera utilisé, à son encombrement ainsi qu’à son type d’utilisation (chauffage individuel électrique ou chauffage électrique d’appoint). À noter qu’un des avantages du chauffage électrique est de ne pas produire de monoxyde de carbone, une intoxication qui fait environ 3 000 victimes par an.

Les convecteurs électriques classiques

En ayant pour partie remplacé les radiateurs à eau, les convecteurs électriques dits classiques sont largement utilisés dans les maisons récentes. Cette popularité est largement due à son faible prix d’achat, un poids réduit et une production d’air chaud très rapide.

Ce type de convecteur est équipé d’une résistance électrique située dans sa partie basse et commandée par un thermostat. L’air froid se réchauffe au contact de la résistance avant d’être évacué au travers d’évents disposés en façade.

Si le rendement en air chaud d’un convecteur classique est très rapide, ce système a pour principal inconvénient de produire une chaleur concentrée dans le haut de la pièce, le confort étant dès lors moindre pour les occupants du logement. Un autre inconvénient de ce type de chauffage est d’assécher l’atmosphère, ce désagrément pouvant toutefois être limité par la pose d’humidificateurs.

Les panneaux radiants

Comme sa dénomination l’indique, un panneau radiant exploite le rayonnement. Contrairement au convecteur qui chauffe directement l’air, le panneau radiant chauffe une plaque d’aluminium qui dissipe ensuite la chaleur.

Un panneau radiant produit ainsi une chaleur plus douce que le convecteur classique. Ce type de chauffage est par contre moins rapide en raison du délai nécessaire à la chauffe de la plaque rayonnante.

Les radiateurs à inertie sèche ou fluide

Le radiateur à inertie sèche

Proche en niveau de confort d’un radiateur à inertie fluide, un radiateur à inertie sèche chauffe un matériau accumulateur avant de restituer la chaleur. Un atout de ce type de radiateur est sa longévité par rapport au modèle à fluide. Le matériau étant inerte, il n’existe aucun risque de fuite ou baisse d’efficacité dans le temps.

Deux types de corps de radiateurs à inertie sèche sont disponibles :

  • Corps aluminium ou fonte
  • Corps en matériau réfractaire

Quel que soit le type de matériau, c’est essentiellement la masse du radiateur qui impacte son rendement en chaleur. Un radiateur à inertie de 35 kg offrira ainsi plus de chaleur qu’un autre de seulement 20 kg.

Le radiateur à inertie fluide

Ce type de radiateurs fixe ou mobile chauffe d’abord un fluide caloporteur. La chaleur produite est ensuite diffusée dans la pièce. Ce type de chauffage offre une chaleur douce sans trop assécher l’air.

Leur principal inconvénient est le possible besoin de maintenance, par exemple en cas de fuite du fluide.

Les radiateurs à double corps

Un radiateur électrique à double corps doit son nom à la présence d’une surface rayonnante et d’un matériau accumulateur. Ce type de chauffage offre ainsi les avantages des deux procédés, soit une montée rapide en température et un excellent confort thermique.

Son inconvénient majeur est un prix d’achat relativement élevé.

Les radiateurs à infrarouge

Contrairement aux procédés précédents, un radiateur à infrarouge n’utilise pas une résistance, mais un rayonnement infrarouge. La chaleur produite est proche de celle du soleil, ce qui est particulièrement agréable, par exemple dans une salle de bain.

Ce type de chauffage est également très utilisé en tant que radiateur électrique d‘appoint en raison de son faible encombrement et de la présence sur le marché de nombreux modèles mobiles.

Le plancher chauffant électrique

Ce type de chauffage n’utilise pas des radiateurs, mais un circuit intégrant un câble chauffant qui parcourt l’ensemble d’une ou plusieurs pièces de l’habitation. Ce type de chauffage offre une chaleur uniforme dans la pièce équipée, y compris aux parois (murs ou cloisons).

Si ce type de chauffage produit un réel confort, il s’accompagne de plusieurs inconvénients. L’un d’eux est le coût élevé de l’installation en raison des travaux nécessaires. Le second est une régulation difficile de la chaleur due à l’inertie de la chape flottante qui recouvre le circuit.

Focus sur le chauffage d’appoint électrique

Le chauffage d’appoint électrique, comme son nom l’indique, vient en renfort d’un système de chauffage plus global et utilisé durant toute la saison de chauffe. Au contraire, il ne sera utilisé que par moments, afin notamment de renforcer la chauffe des pièces stratégiques, mais aussi des pièces habitées occasionnellement grâce à sa mobilité.

Il y a plusieurs modes de chauffage d’appoint électrique :

  • Le radiateur électrique d’appoint soufflant mobile : léger, facile à transporter et peu encombrant, il est très pratique pour faire monter rapidement et brièvement la température dans une pièce, comme la salle de bains pendant votre douche. En revanche, il pourra être bruyant grâce à son ventilateur.
  • Le radiateur convecteur mobile : il chauffe l’air par convection. Chauffe très rapide mais provoque un assèchement de l’air.
  • Le panneau radiant : il chauffe une plaque rayonnante qui transmet la chaleur, pour plus de confort.
  • Le radiateur infrarouge : il utilise un rayonnement infrarouge pour chauffer rapidement et localement, même s’il dispose d’une petite portée.
  • Le radiateur électrique d’appoint bain d’huile : c’est un liquide caloporteur qui s’occupe de réchauffer les parois du radiateur, qui chauffe ensuite la pièce. Plus long à monter en température, il a l’avantage de rester chaud même après avoir été coupé.

Quel prix du chauffage électrique ?

Une fois fait le choix du procédé, il est nécessaire de faire celui de la puissance du ou des radiateurs. Avant toute chose, il est incontournable de s’assurer que l’habitation dispose d’une isolation efficace. Le minimum est l’isolation des combles qui représentent la plus grande déperdition de chaleur. Des aides financières et/ou déductions d’impôt peuvent être octroyées dans le cadre des économies d’énergie.

Une étude réalisée par Quelle Energie indique que la dépense moyenne pour un chauffage électrique est d’environ 16 €/m² et par an. Il s’agit ici d’un logement possédant une qualité d’isolation moyenne. Ce coût sera donc supérieur pour un logement possédant une « mauvaise » isolation et inférieur pour une habitation disposant d’une isolation performante.

Passé cette première étape essentielle, vous pouvez envisager de vous chauffer à l’électrique. La première dépense à inclure dans le prix de votre chauffage électrique est constituée par l’achat des radiateurs. La fourchette de prix est large en fonction du procédé, de la puissance et de la marque. À titre indicatif, voici une plage de prix pour chaque grande catégorie de radiateurs :

  • Convecteurs = de 20 à 200 €
  • Panneaux rayonnants = de 40 à 1 700 €
  • Radiateur à inertie ou accumulation = de 100 à 1 500 €

Au prix d’achat, vous devez ajouter le coût de la pose ainsi que les accessoires tels que : centrale de programmation, sondes de température…

Vient ensuite la consommation de votre chauffage électrique, logiquement variable en fonction de la puissance des radiateurs, de leur nombre et de la durée d’utilisation. Que vous utilisiez 1 000 watts pour votre four ou votre chauffage, le coût est identique sur votre facture.

Un aspect à ne pas négliger si vous souhaitez vous chauffer à l’électrique est la tranche de puissance de votre abonnement. Les 6 kVA pour une habitation « standard » risquent en effet d’être insuffisants pour alimenter une installation composée de plusieurs radiateurs électriques. Vous devrez donc opter pour la tranche des 9 kVA, voire 12 kVA pour une habitation de surface importante chauffée électriquement. 

Comment faire des économies en se chauffant à l’électrique ?

Comme indiqué précédemment, la qualité de l’isolation joue un rôle essentiel dans les économies d’énergie, quel que soit le type de chauffage. Il faut également savoir qu’un seul radiateur de 2 000 watts coûte moins cher à l’achat que 2 de 1 000 watts. Par contre, la présence de deux radiateurs permet plus de modularité et une température plus homogène dans la pièce.

Le choix de la puissance des radiateurs ainsi que leur positionnement sont deux éléments déterminants pour un chauffage électrique performant et le plus économique possible.

Un critère d’économie essentiel est la gestion de la distribution de la chaleur. Il existe sur le marché de nombreux produits qui permettent de programmer son chauffage électrique. Associé à l’option « heures pleines/heures creuses », ces appareils de gestion du chauffage électrique donnent la possibilité de réaliser d’importantes économies sur sa facture tout en bénéficiant d’un excellent confort.

aurelien

Revenir en haut de page