Solaire, éolienne, géothermique… bien choisir son mode d’autoconsommation électrique

Moins cher et écologique, produire et consommer sa propre électricité a de nombreux avantages. Mais avant de vous lancer, vous vous posez des questions. « Mon terrain est-il assez ensoleillé ? », « Comment fonctionne une installation hydroélectrique ? », ou encore « Quelles sont les conditions pour me chauffer grâce à la géothermie ? ». Zoom sur chaque type d’autoconsommation en détails.

Installer des panneaux photovoltaïques chez soi

Du fait de sa relative facilité de pose et de son prix généralement abordable, le panneau solaire est parfaitement adapté à l’autoconsommation.

Fonctionnement

Grâce à ses cellules photovoltaïques, le panneau solaire a la faculté de produire de l’électricité dès que les rayons du soleil se posent sur lui. Cette électricité en courant continu est ensuite transformée en courant alternatif en passant par un onduleur. Cette autoconsommation solaire est directement utilisable sans modification de l’installation électrique.

Installation

En règle générale, les panneaux solaires sont posés en toiture du fait qu’il s’agit de l’endroit le mieux exposé au soleil. Ils peuvent toutefois être installés au sol à condition que le terrain soit dégagé.

Si vous envisagez d’équiper votre future maison (neuve) d’un kit solaire, vous devez le préciser sur le permis de construire. Pour un bâtiment existant, une déclaration de travaux est généralement nécessaire.

Prix et rentabilité

Les prix d’un kit photovoltaïque d’autoconsommation varient en fonction de nombreux critères, comme :

  • La puissance crête : la puissance maximale qu’il peut délivrer dans des conditions optimales, exprimée en watts-crête (Wc) ou kilowatts-crête (kWc) ;
  • Le mode de pose : endroit, technique utilisée ;
  • Le matériel et les services inclus.

En 2019, un kit avec panneaux solaires pour l’autoconsommation coûte :

  • À partir de 9 000 € pour une puissance de 3 kWc ;
  • Entre 12 et 15 000 € pour une puissance de 6 kWc ;
  • Entre 16 et 22 000 € pour une puissance de 9 kWc.

Il s’agit ici de tarifs pour une installation clé en main intégrant un kit photovoltaïque avec stockage, réalisée par un professionnel et hors les éventuelles aides de l’État.

Pour les bricoleurs confirmés, il est possible de poser soi-même ses panneaux solaires. Il s’agira par contre uniquement d’autoconsommation photovoltaïque sans revente et vous ne pourrez pas bénéficier des aides d’État.

La rentabilité dépend elle aussi de nombreux paramètres dont :

  • Le niveau d’ensoleillement ;
  • Les performances des panneaux ;
  • La revente ou non du surplus ;
  • La durée d’utilisation.

Il est généralement considéré que la réduction du montant des factures d’électricité oscille entre 20 et 45%. Si vous souhaitez en savoir plus, consultez notre page sur le rachat d’électricité solaire par EDF.

Investir dans une éolienne domestique

Fonctionnement

Une éolienne domestique ou petite éolienne désigne un appareil d’une puissance allant de 100 watts à 20 kilowatts. Ce type d’éolienne pour l’autoconsommation connait un succès grandissant auprès des particuliers.

Installation

Sans surprise, les zones privilégiées pour l’installation d’une éolienne sont celles où la quantité de vent est exploitable sur une bonne partie de l’année. La vitesse du vent et l’altitude jouent un rôle déterminant.

L’installation d’un kit éolien pour l’autoconsommation nécessite l’obtention d’un permis de construire dès lors que sa hauteur est égale ou supérieure à 12 mètres. Pour les hauteurs inférieures, une déclaration de travaux suffit.

Éolienne domestique : les prix

Le prix d’un kit éolienne domestique 22Ov oscille entre 10 et 15 000€, mais peut grimper à 40 000€ lorsqu’il s’agit d’être totalement autonome en énergie. En raison de son coût élevé, il est fortement recommandé de demander une étude préalable auprès d’un installateur agréé.

Produire de l’électricité grâce à un cours d’eau

En France, l’énergie hydroélectrique représente 70% des sources d’électricité renouvelable.

Un particulier dont la propriété est traversée par un cours d’eau ou des chutes peut-il envisager une autoconsommation à l’aide d’une centrale hydroélectrique domestique ? Techniquement, oui ! De nouvelles technologies comme la centrale hydroélectrique à tourbillons domestique offrent par exemple un excellent rendement.

Le coût d’une pico-centrale (qui permet de produire de l’électricité à très petite échelle) est par contre élevé avec de 2 000 à 10 000€ le kilowatt/heure. S’ajoutent des démarches administratives longues et complexes.

Produire de l’énergie biomasse chez soi 

Une autre source possible en autoconsommation est l’énergie biomasse.

Grâce à la décomposition de déchets organiques, par exemple, le méthane produit peut en effet alimenter un groupe électrogène.

Une chaudière biomasse permet également de réaliser d’importantes économies sur ses factures d’énergie, le combustible (du bois) étant bien moins cher que le fioul ou l’électricité. 

L’autoconsommation géothermique 

L’énergie géothermique trouve son origine dans le sol. Nommé « gradient géothermique », le taux d’augmentation de la température s’élève au fur et à mesure que la surface s’éloigne : 

  • Géothermie de surface = température entre 10 et 15 ° 
  • Très basse énergie = température inférieure à 30 ° pour une nappe à moins de 100 m 
  • Basse énergie = température comprise entre 30 et 150 ° 
  • Moyenne et haute énergie = température comprise entre 180 et 350 ° 

Une pompe à chaleur qui exploite la géothermie de surface ou la très basse énergie peut dès lors assurer l’autoconsommation en matière de chauffage ou de climatisation.

Une centrale géothermique est, pour sa part, capable de produire de l’électricité en exploitant la moyenne et haute énergie. Le coût de son implantation et les autorisations nécessaires la réservent toutefois aux collectivités ou aux investisseurs privés. 

Anna

Ah ! L'électricité... Si vous aussi vous ampère'dez votre latin, faites confiance à mes lumières !

Revenir en haut de page